share on:

Trop d’ibuprofène peut provoquer un large éventail de symptômes, dont beaucoup peuvent être dangereux.

Crédit d’image :
Grace Cary/Moment/GettyImages

Beaucoup d’entre nous ont recours à l’ibuprofène pour faire face aux douleurs quotidiennes.

Publicité

Vidéo du jour

Probablement parce qu’ils sont si efficaces pour réduire l’inconfort (que vous souffriez d’une raideur dans le bas du dos ou d’un mal de tête intense) et qu’ils sont facilement accessibles en vente libre, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène sont l’un des plus efficaces. médicaments couramment utilisés dans le monde.

« Les AINS peuvent être d’une grande utilité pour le traitement de l’inflammation et de la douleur lorsqu’ils sont utilisés à des doses sûres et de la bonne manière », déclare Harrison Linder, MD, médecin interventionnel en gestion de la douleur au Mercy Medical Center de Baltimore, Maryland.

Publicité

Le problème est que beaucoup de gens en font trop avec les doses. Une étude récente portant sur 1 326 utilisateurs d’ibuprofène a révélé que 11% dépassaient la limite de dosage quotidienne, selon les résultats de janvier 2018 dans ​Pharmacoépidémiologie et sécurité des médicaments​​.

Mais nous avons tous entendu la phrasetrop d’une bonne chose.Cela signifie que tout excès peut être mauvais pour vous, et l’ibuprofène ne fait pas exception.

Publicité

Ici, le Dr Linder partage les signes avant-coureurs que vous prenez trop d’ibuprofène, et fournit des conseils sur la façon de gérer la douleur de manière plus sûre.

Premièrement, comment l’ibuprofène réduit-il la douleur ?

L’ibuprofène inhibe une enzyme appelée cyclooxygénase (COX), responsable de la production de substances telles que les prostaglandines, les prostacyclines et les thromboxanes, explique le Dr Linder. Ces substances sont impliquées dans le fonctionnement normal de la plupart des tissus du corps, mais elles sont également produites dans les muscles et les articulations en réponse au stress et aux traumatismes, entraînant inflammation et douleur.

Pour cette raison, les AINS sont bénéfiques à court terme pour réduire l’inflammation et la douleur, mais ils peuvent avoir des effets négatifs sur d’autres systèmes du corps.

« Dans le système gastro-intestinal, les prostaglandines produites par l’enzyme COX sont impliquées dans la protection de la muqueuse de l’estomac et des intestins contre les effets nocifs des acides gastriques utilisés pour digérer les aliments », explique le Dr Linder.

Publicité

Mais rappelez-vous, l’ibuprofène arrête la production de ces prostaglandines protectrices. Et cela peut déclencher une tonne de problèmes pour votre ventre.

« Sans prostaglandines adéquates, la muqueuse gastro-intestinale est exposée à une irritation chronique due aux acides de l’estomac, ce qui peut entraîner une aggravation de l’irritation et finalement provoquer des ulcères dans l’estomac et les intestins », explique le Dr Linder.

Publicité

Cela se traduit par des symptômes allant de maux d’estomac ou de douleurs abdominales à des saignements internes potentiellement dangereux.

Avertissement

2. Vous avez des problèmes cardiovasculaires

Dans le système cardiovasculaire, l’enzyme COX est impliquée dans la coagulation du sang et le contrôle des saignements. C’est pourquoi prendre trop d’ibuprofène est risqué pour votre cœur.

Publicité

« Avec une utilisation à long terme ou excessive d’AINS, les patients peuvent être plus à risque de saignements accrus ou incontrôlés, ainsi que d’autres problèmes cardiovasculaires préoccupants, tels qu’une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral », explique le Dr Linder.

3. Vos reins ne fonctionnent pas correctement

« Dans le système rénal, les prostaglandines [products of the COX enzyme] aider à réguler le flux sanguin vers les reins », explique le Dr Linder.

Publicité

Mais, comme nous le savons, une utilisation excessive d’ibuprofène peut interrompre la production de l’enzyme COX et des prostaglandines.

Mais voici le problème : « Avec des quantités anormales de prostaglandines, les vaisseaux sanguins rénaux se contractent, entraînant une diminution du flux sanguin et une augmentation des pressions », explique le Dr Linder. Cela peut provoquer une hypertension (pression artérielle élevée), des anomalies électrolytiques et même entraîner une insuffisance rénale aiguë.

Publicité

Les symptômes d’un déséquilibre électrolytique comprennent :

  • Se sentir étourdi ou étourdi
  • Essoufflement
  • Rythme cardiaque irrégulier ou rapide
  • Nausées ou maux d’estomac

Les signes d’insuffisance rénale aiguë justifient une aide médicale immédiate. Ils comprennent les éléments suivants, selon la clinique Mayo :

  • Diminution du débit urinaire
  • Gonflement des jambes, des chevilles ou des pieds
  • Essoufflement
  • Se sentir fatigué ou faible
  • Confusion
  • Nausée
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Douleur ou pression dans la poitrine
  • Dans les cas graves, convulsions ou coma

4. Votre système nerveux est altéré

Les prostaglandines jouent également un rôle central dans le fonctionnement de votre système nerveux central.

En fait, « on pense que les prostaglandines sont impliquées dans de multiples facettes différentes de la fonction et de la coordination » normales «  », explique le Dr Linder. Par exemple, ils jouent un rôle dans le contrôle de la température corporelle et le flux sanguin global, dit-il.

« Il existe même des études établissant un lien entre leur implication dans le contrôle des comportements impulsifs », ajoute-t-il.

« Ainsi, avec les effets connus des AINS conduisant à la diminution de la production de ces substances, on pense que cela conduit à une dérégulation, qui peut se présenter comme [psychosis,] confusion et dysfonctionnement cognitif », explique le Dr Linder.

Selon le Weill Cornell Brain and Spine Center, le dysfonctionnement cognitif peut ressembler à des problèmes d’attention, de mémoire, de langage ou de résolution de problèmes.

5. Votre audition est compromise

L’utilisation habituelle d’ibuprofène peut même nuire à votre audition.

C’est parce que « les AINS ont été associés à une diminution du flux sanguin vers la cochlée dans l’oreille interne », explique le Dr Linder. Et cela peut entraîner des acouphènes et/ou une perte auditive, explique-t-il.

6. Vous avez du mal à respirer ou d’autres complications respiratoires

L’utilisation excessive ou prolongée d’ibuprofène peut même causer des ravages sur votre système respiratoire.

« Chez certains patients, en particulier ceux qui ont des antécédents d’asthme, les AINS peuvent induire un bronchospasme [when muscles in your airways tighten]rhinorrhée [i.e., runny nose] et l’obstruction nasale », explique le Dr Linder.

Cela remonte à nouveau à l’enzyme COX. L’inhibition de cette enzyme entraîne une libération accrue de leucotriènes dans les poumons et les voies respiratoires nasales, qui sont des substances susceptibles de provoquer la fermeture des voies respiratoires », explique le Dr Linder.

Lire aussi  Boire trop d'alcool entraîne-t-il un manque de fer ?

7. Votre vision est pire

Si vous commencez soudainement à avoir des problèmes de vue, votre utilisation excessive d’ibuprofène peut être à blâmer.

« Encore une fois, cela peut être lié à la façon dont les AINS fonctionnent en inhibant les enzymes COX », explique le Dr Linder.

Voici pourquoi : les enzymes COX aident à réguler le flux sanguin vers les yeux, de sorte que l’interférence avec cette voie normale peut entraîner des changements aigus et temporaires de la vision, explique-t-il.

En fait, « une variété de changements visuels ont été signalés en relation avec l’utilisation d’AINS, allant d’une vision simplement floue à une perte de vision temporaire et complète », ajoute le Dr Linder.

Combien coûte trop d’ibuprofène ?

« Le dosage peut varier de 400 à 800 mg jusqu’à quatre fois par jour, avec un maximum quotidien de 3 200 mg par jour », explique le Dr Linder. Mais il est préférable de limiter l’utilisation quotidienne d’ibuprofène à 30 jours maximum, ajoute-t-il.

« Au-dessus de cette limite, les effets négatifs de l’inhibition de la COX commencent à l’emporter sur les avantages souhaités de la diminution de l’inconfort et de la douleur », explique le Dr Linder.

Des moyens plus sûrs de gérer la douleur

Bien que prendre un analgésique soit une solution rapide, comme nous l’avons vu, ce n’est pas un moyen durable ou sain de gérer l’inconfort chronique. Heureusement, il existe d’autres remèdes plus sûrs pour vous aider à gérer les problèmes de douleur prolongée.

« Comme toujours, si l’utilisation sûre de médicaments en vente libre ne soulage pas l’inconfort ou ne provoque pas d’effets secondaires, les patients doivent contacter un professionnel de la santé pour une prise en charge plus approfondie », déclare le Dr Linder. Ensemble, vous pouvez élaborer un plan pour prévenir et gérer votre douleur.

Certaines stratégies alternatives de gestion de la douleur comprennent, selon le Dr Linder :

1. Repos et récupération :Parfois, le meilleur remède pour un corps endolori est le repos. Par exemple, si vous vous êtes tordu le dos ou si vous êtes allé trop fort au gymnase, vous donner suffisamment de temps pour vous ressourcer et récupérer est essentiel au processus de guérison (et pour éviter de vous blesser à nouveau).

2. Modification d’activité :Un petit ajustement à votre routine peut entraîner de grands avantages pour la réduction de la douleur. Par exemple, si vous êtes assis à un bureau toute la journée, essayez de vous tenir debout et de vous étirer toutes les demi-heures environ, ce qui peut vous aider à garder vos muscles relâchés et à éviter les maux de dos. À l’inverse, si votre travail vous oblige à être debout fréquemment, faites souvent des pauses rapides et assurez-vous de porter des chaussures de soutien.

3. Physiothérapie :Si votre douleur est le produit d’une blessure, de problèmes de mobilité ou de douleurs liées à l’âge, la physiothérapie est un moyen efficace d’aider à rétablir la fonction de votre corps à un niveau optimal. En effet, vous aurez un meilleur résultat si vous traitez la source de la douleur plutôt que seulement les symptômes.

4. Autres médicaments :« Il peut y avoir d’autres médicaments simples, tels que des relaxants musculaires ou des stabilisateurs nerveux, qui peuvent être en mesure d’offrir un soulagement symptomatique plus ciblé avec un profil d’effets secondaires différent qui peut être plus sûr pour la situation individuelle d’un patient spécifique », explique le Dr Linder. Cependant, tout médicament a des effets secondaires potentiels, alors parlez à votre médecin de la meilleure option pour vous.

Les 6 meilleures crèmes naturelles anti-douleur, selon les médecins

Votre plan de démarrage de 7 jours pour réduire les maux de dos

15 remèdes naturels pour soulager la douleur arthritique

Publicité