share on:
Rate this post

Les ballonnements et les flatulences chroniques sont un sujet délicat et il est important de comprendre leurs causes et de trouver des solutions à long terme. Il est possible que ces symptômes soient le signe d’un trouble digestif plus sérieux, tel qu’un SIBO (syndrome de l’intestin irritable avec dysbiose bactérienne). Dans cet article, nous allons examiner les causes, les symptômes et les traitements du SIBO, ainsi que les moyens de prévenir et de gérer les ballonnements et les flatulences chroniques. Nous vous donnerons également des conseils sur la manière de maintenir une bonne digestion et de retrouver un équilibre gastro-intestinal.

Êtes-vous parmi les 9 à 12% de la population française souffrant de soucis digestifs chroniques ? Avez-vous des douleurs abdominales, des problèmes de constipation, de diarrhée, des ballonnements et des gaz persistants ? Si c’est le cas, il se peut que vous ayez un SIBO.

En effet, entre 50 et 70% des personnes qui présentent ces divers troubles digestifs, appelés dans le jargon médical Syndrome de l’Intestin Irritable (SII), Syndrome du Côlon Irritable ou Colopathie fonctionnelle, souffrent en réalité d’une surpopulation bactérienne et archéenne dans le petit intestin.

Tant que ces micro-organismes sont présents, vous ne pourrez pas vous débarrasser de vos symptômes. Mais la bonne nouvelle, c’est que la naturopathie intégrative peut vous aider à identifier et à traiter le SIBO, ses causes profondes et ses conséquences.

Ballonnements et flatulences chroniques : et si c'était un SIBO ?

Polina Zimmerman – Pexels

Qu’est-ce que le SIBO ?

Le SIBO est une abréviation anglaise pour « Small Intestinal Bacterial Overgrowth », ce qui signifie Pullulation Bactérienne dans l’Intestin Grêle. Dans un système digestif sain, il y a peu de bactéries présentes dans l’intestin grêle alors que le gros intestin, le colon, en est colonisé par beaucoup.

Un SIBO survient quand il y a un nombre anormalement élevé de bactéries et/ou archées dans l’intestin grêle et peut entraîner :

  • Ballonnements
  • Flatulence
  • Diarrhée et / ou constipation
  • Maux de ventre
  • Régurgitations / Reflux
  • Douleurs abdominales
  • Intolérances alimentaires
  • Fatigue et carences nutritionnelles : fer, vitamine B12
  • Anxiété
  • Brouillard mental
  • Perte de poids
Lire aussi  Comment manger des produits non-transformés ?

Ainsi que beaucoup d’autres effets – pas forcément liés au système digestif – comme la rosacée, le psoriasis, et la cystite interstitielle.

A retenir : les ballonnements sont le symptôme essentiel d’un SIBO.

Flatulences persistantes et ballonnements : pourquoi avons-nous un SIBO ?

Il est crucial de comprendre que le SIBO n’est pas une maladie à part entière, mais plutôt un résultat de problèmes antérieurs. Il y a donc de multiples origines de ce syndrome, et il est essentiel de les identifier et de les traiter afin de se débarrasser à long terme des conséquences. Voici une liste des causes les plus communes :

  • Un ou plusieurs cas de gastro-entérite / intoxication alimentaire
  • Problèmes du complexe moteur intestinal (CMI). Le CMI est une vague digestive de l’intestin grêle qui survient approximativement toutes les 90 minutes, entre les repas. La fonction du CMI est de propulser les bactéries accumulées vers le côlon, empêchant ainsi leur accumulation dans l’intestin grêle.
  • Anomalie structurelle de l’intestin grêle : une malformation de la valvule iléo cæcale, ou des interventions chirurgicales réalisées qui peuvent causer des cicatrices et des adhérences, altérant l’anatomie normale de l’intestin grêle.
  • Chirurgies abdominales et/ou pelviennes et traumatismes
  • Utilisation chronique de certains médicaments (inhibiteurs de la pompe à protons, morphine et autres opiacés, stupéfiants) qui peuvent modifier la production d’acide gastrique
  • Toxines environnementales (moisissures)
  • Stress et anxiété chroniques
  • Certaines maladies (syndrome d’Ehlers-Danlos, hypothyroïdie, diabète, maladie de Lyme)

À retenir : la cause la plus fréquente du SIBO est la gastro-entérite.

Flatulences persistantes et ballonnements : et si c'était un SIBO ?

Sora shi – Pexels

Ballonnements et flatulences chroniques : quelle forme de SIBO avez-vous ?

Il y a 4 types de manifestations de SIBO, en fonction des maux et de la population bactérienne ou archéenne qui se trouve dans le petit intestin :

  • Hydrogène : l’occurrence principale est la diarrhée
  • Méthane : la constipation est prédominante
  • Mélange Hydrogène/Méthane : alternance entre la diarrhée et la constipation
  • Hydrogène sulfureux : aussi bien la diarrhée que la constipation peuvent se produire

À retenir : lors de l’interprétation des résultats du test respiratoire, il est important de prendre en compte l’ensemble des symptômes du patient, et pas seulement les chiffres du test.

Examen pour détecter un SIBO

Le SIBO est uniquement dépistable à travers un test respiratoire à l’aide de lactulose ou glucose qui dure 3 heures. Ce test se fait à la maison ou dans un laboratoire, après avoir suivi une préparation strictement précisée. Lorsque le sucre est consommé, les bactéries et archées dans l’intestin grêle produisent des gaz qui sont ensuite expulsés et enregistrés par les échantillons du test.

Lire aussi  Jambes sans repos : Existe-t-il un remède miracle ?

En France, les gaz soumis à l’examen sont l’hydrogène et le méthane. Il est possible que le test pour le troisième gaz, l’hydrogène sulfureux, soit disponible dans les prochains mois.

Note importante : un bilan sanguin, des métabolites urinaires, une analyse des selles ou un test fait en cabinet ne peuvent pas diagnostiquer le SIBO.

Ballonnements et flatulences chroniques : et si c'était un SIBO ?

Ava Sol – Unsplash

Libérez-vous du SIBO avec la naturopathie

La naturopathie spécialisée SIBO est très efficace, mais encore peu connue en France. Les experts SIBO américains et australiens s’appuient sur la recherche et l’expérience clinique et s’orientent vers :

  • Un protocole antimicrobien naturel adapté au type de gaz – et pouvant nécessiter l’utilisation de différents antimicrobiens, sur plusieurs mois.
  • L’utilisation de compléments naturels pour soulager les symptômes et prévenir les réactions de détoxification (Herxheimer).
  • Un régime alimentaire pauvre en FODMAPs, en complément du protocole antimicrobien.
  • Un plan de prévention de rechute, en traitant la cause du SIBO.

À retenir : il est difficile de se sevrer du SIBO par soi-même et cela peut prendre des années de douleur et de dépenses considérables sans un accompagnement professionnel.

Les troubles digestifs chroniques sont souvent mal gérés car il existe une véritable pénurie de compréhension et d’outils de diagnostic. Les personnes concernées se sentent souvent abandonnées, traversant un parcours compliqué et souffrant pendant des années.

On sait aujourd’hui que le SIBO est la source principale de ces problèmes. Des protocoles de diagnostic et de traitement récents ont prouvé leur efficacité et permis de retrouver une existence normale.

Par Rosaria Nithart, naturopathe recommandée par le réseau Médoucine.

Trouvez un naturopathe recommandé près de chez vous sur Médoucine.

Autres articles :

  • Comment encourager et favoriser le transit intestinal de manière naturelle ?
  • Quelles solutions pour éviter l’enflure ?
  • Le jeûne intermittent : apprenez à le maîtriser pour en faire un véritable allié de santé

Quelle est la cause des ballonnements et flatulences chroniques ?

Réponse :

Les ballonnements et flatulences chroniques peuvent être causés par une dysbiose intestinale, comme le syndrome de l’intestin irritable ou le SIBO (syndrome de l’intestin court).

Quels sont les symptômes du SIBO ?

Réponse :

Les symptômes du SIBO incluent des ballonnements, des flatulences, des douleurs abdominales, des nausées, des diarrhées, des constipations, des carences en vitamines et minéraux et une fatigue chronique.

Comment traiter le SIBO ?

Réponse :

Le traitement du SIBO est principalement basé sur un régime alimentaire adapté et des suppléments nutritionnels. Les antibiotiques peuvent être utilisés pour traiter les formes sévères du syndrome.