share on:
Rate this post

L’endométriose est une maladie qui affecte des millions de femmes à travers le monde. Cependant, de nombreuses femmes ne réalisent pas que leur alimentation peut jouer un rôle important dans leur santé et leur bien-être. Dans cet article, nous allons parler de l’importance de l’alimentation et de l’endométriose et discuter des avantages d’un régime alimentaire anti-inflammatoire pour les femmes atteintes d’endométriose. Vous apprendrez comment un régime alimentaire sain peut contribuer à gérer les symptômes de l’endométriose et comment un régime anti-inflammatoire peut aider à réduire l’inflammation et à améliorer la santé globale des femmes atteintes d’endométriose.

Par Aurore Roose, naturopathe référencée par le réseau Medoucine.

Une des façons pour le corps de se protéger face à une agression est de déclencher une inflammation aiguë, dont le premier signe caractéristique est la souffrance. L’inflammation est, dans ce cas, le résultat d’une attaque contre l’organisme. Dans le cas d’une inflammation chronique, elle est elle-même une maladie pouvant se manifester dans n’importe quel organe, et qui est à l’origine de pathologies comme l’endométriose.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une pathologie persistante et inflammatoire qui se manifeste par des douleurs intenses et des saignements anormaux en dehors de l’utérus pendant la menstruation. Ces saignements entraînent l’inflammation. Plus le tissu endométrial se propage dans d’autres organes, plus l’inflammation s’étend. Cette maladie est complexe. Bien que les causes exactes ne soient pas connues, les facteurs qui l’entretiennent sont identifiés et sont souvent présents dans la vie des personnes atteintes. Le système digestif et plus particulièrement les intestins sont très souvent touchés par cette inflammation. Certains aliments peuvent aggraver l’inflammation; on les appelle « pro-inflammatoires ». D’autres, au contraire, peuvent l’apaiser.

Lire aussi  Le régime de star : la clé de la silhouette parfaite ?

Aliments à bannir et ceux à adopter pour contrôler la maladie

Eviter

Les aliments riches en graisses saturées comme le beurre, la crème, le fromage, la viande rouge, la charcuterie et les sucreries car ils comportent des éléments pro-inflammatoires.
Les aliments contenant des additifs (E ) dont une grande partie est classée comme cancérigène.
Les aliments ultra transformés qui proposent des sucres raffinés, du sel en excès, des graisses saturées, des additifs, des conservateurs, des colorants, des exhausteurs de goût et des ingrédients de mauvaise qualité, ils n’apportent aucun nutriment alors qu’ils sont souvent à forte densité calorique, ce sont des calories”vides”. Dans cette catégorie on trouve tous les aliments industriels (la pâte à tartiner, les céréales du petit déjeuner, les viennoiseries, les gâteaux, les bonbons, les plats tout prêts comme les quiches, les pizzas, le fast-food, etc ).
Le gluten car il contribue à l’hyper perméabilité intestinale, qui permet de passer des toxines dans le sang.

Adopter

Il faut offrir à votre corps des aliments riches en propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Les aliments d’origine végétale devraient constituer la grande partie de l’alimentation.

Pour avoir des omégas 3 :

  • Les oléagineux (amandes, noix, noisettes), 30g par jour.
  • Les graines de chanvre, les graines de chia, 15g par jour.
  • Les poissons gras comme les sardines, le hareng ou le maquereau, 2 fois par semaine.
  • Les huiles végétales comme l’huile de chanvre ou de cameline, une cuillère à soupe par jour.

Pour se procurer des vitamines :

  • Entre 1 à 3 fruits par jour.
  • Au moins 400g de légumes quotidiennement. Choisir des produits bio pour éviter d’apporter des toxines à son corps (résidus de pesticides et autres substances chimiques).
  • Si vous ne pouvez pas vous passer de produits laitiers, ceux faibles en gras et en lactose peuvent être conservés, comme les yaourts. Les choisir d’origine biologique uniquement et de chèvre ou de brebis.
Lire aussi  Sevrage : gérer sa dose de nicotine avec la cigarette électronique

Bien que l’alimentation anti-inflammatoire ne puisse pas à elle seule résorber une inflammation chronique, elle peut aider à réguler la maladie et surtout à éviter une aggravation des symptômes.

Par Aurore Roose, naturopathe recommandée du réseau Medoucine.

Quel type d’aliments consommer pour réduire l’inflammation due à l’endométriose ?

Réponse : Les aliments qui contiennent des antioxydants, des acides gras oméga-3 et des éléments nutritifs anti-inflammatoires tels que les légumes à feuilles vertes, les noix, les graines, les poissons gras, les agrumes et les légumes à racines sont bénéfiques pour réduire l’inflammation due à l’endométriose.

Quels sont les aliments à éviter pour réduire les symptômes de l’endométriose ?

Réponse : Il est recommandé d’éviter les aliments qui contiennent des graisses saturées et trans, des produits laitiers, des produits céréaliers raffinés et des aliments transformés. Il est également conseillé d’éviter les aliments riches en sucres ajoutés et en sodium.

Quels sont les autres bienfaits d’un régime alimentaire sain pour l’endométriose ?

Réponse : Les avantages d’un régime alimentaire sain pour l’endométriose peuvent inclure : une meilleure gestion des symptômes, une amélioration de l’état général de santé, une réduction des risques de maladies chroniques, une meilleure qualité de sommeil et une meilleure humeur.