share on:
Rate this post

Être une femme à haut potentiel aujourd’hui est un défi. Les femmes ont depuis longtemps été sous-représentées à des postes de haut niveau, et il existe encore de nombreux obstacles à leur avancement. Cependant, les femmes à haut potentiel sont mieux préparées que jamais à relever ce défi et à réussir. Cet article examinera les principaux défis auxquels sont confrontées les femmes à haut potentiel aujourd’hui et discutera des stratégies pour surmonter ces défis et réussir. Nous examinerons également les principaux avantages que les femmes à haut potentiel peuvent apporter à leurs carrières et à leurs entreprises. Enfin, nous aborderons les étapes à suivre pour aider les femmes à haut potentiel à atteindre leur plein potentiel.

Les enfants différents ont de nouveaux noms tels que zèbre, surdoué, précoce, haut potentiel et même philocognitif ! Ces êtres singuliers suscitent un vif intérêt de la part de tous.

L’effet de mode HPI

Une vogue incontestable. TF1 a lancé en avril dernier la série HPI, qui a suscité de nombreuses critiques négatives sur les médias sociaux. « Calculer un ticket de caisse en deux secondes n’est qu’une petite partie de l’HPI ; c’est bien plus complexe que cela ».

La série a été perçue comme une caricature grossière: une mère de famille avec un look extravagant, un femme de ménage qui a un QI de 160 et conseille la police. 9,3 millions de téléspectateurs ont été exposés à cette image. Cela a pu également engendrer une confusion entre HPI et TSA (troubles du spectre autistique).

Ce sujet sérieux a été traité de façon comique. Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a des complications et des incompréhensions liées à cette spécificité ; des difficultés relationnelles et une scolarité parfois compliquée. Il est en outre très compliqué de diagnostiquer les filles surdouées qui peuvent se suradapter au point de limiter leur potentiel.

Femmes à Haut Potentiel

« La plupart des femmes douées n’ont pas conscience de leur capacité exceptionnelle, elles ne sont conscientes que de leur douleur. Cette souffrance provient du fait d’être différentes des attentes sociales » (LindanSilverman, citée par Streznewski, 1999, p.212). 

Trop peu de femmes à haut potentiel sont reconnues par notre société. Dans leur entourage, leurs capacités exceptionnelles peuvent même créer de l’embarras. Selon le psychologue allemand Jürgen vol Scheidt, les femmes sont particulièrement touchées par leur sous-utilisation par rapport à leurs aptitudes.  30% des adultes doués n’utilisent pas leur plein potentiel et cela se manifeste surtout chez les femmes.

Dans son livre «  Et si elle était surdouée ? », Doris Perrodin-Carlen consacre tout un chapitre aux femmes adultes à haut potentiel. Elle explique la nécessité de prendre conscience de sa surdouance le plus tôt possible afin d’avoir une vie plus épanouie. Mais cette prise de conscience ne signifie pas pour autant que la vie sera plus aisée pour ces femmes. En effet, elles devront faire des choix difficiles dans leur vie personnelle et professionnelle. Des décisions qui privilégieront souvent leur carrière sans pour autant écarter une vie de famille. Cela entraîne une surcharge émotionnelle et organisationnelle qui les met dans une position de culpabilité et de douleur.Être une femme à haut potentiel aujourd’hui

Lire aussi  La définition de l'intrathécale: tout ce que vous devez savoir

Unsplash

Haut potentiel et souffrance chez les femmes

Les femmes qui ont un haut potentiel et qui ne s’en sont pas encore rendu compte ont tendance à se concentrer sur leur famille, leurs enfants et conjoints, par bienveillance ou par obligation. Elles se retrouvent donc dans le déni de leur propre valeur. Il est fréquent qu’elles déclarent ressentir une tristesse profonde, se sentir seules et étranges lorsqu’elles sont en groupe. Christel Petit Collin a écrit dans Je pense trop: comment canaliser son mental envahissant : « Qui aurait cru que l’intelligence puisse être si douloureuse et déprimante ? ».
C’est généralement par hasard que les femmes apprennent qu’elles ont un haut potentiel, en lisant un article, en discutant avec quelqu’un qui a été diagnostiqué comme tel ou en faisant passer un test de QI à leur enfant. Les demandes de bilans psychologiques de la part des femmes sont aujourd’hui plus nombreuses que celles des hommes. Leur souffrance et leur manque de confiance en elles-mêmes, l’affaiblissement de leur estime et de leur affirmation sont tels qu’elles sont plus enclines à entreprendre cette démarche. Elles construisent un faux-self pour leur permettre de s’intégrer, ce qui entraîne de grandes frustrations.

Être une femme à haut potentiel aujourd’hui

Unsplash

Être une femme à haut potentiel aujourd’hui

Apprenez ici quelques techniques et conseils qui pourraient vous aider à reconnaître votre surdouement et à le gérer plus efficacement.

On décrit souvent ces femmes comme étant « trop » ! Trop gentilles, trop émotives, trop excessives, trop intuitives… Elles se sentent comme si elles venaient d’une autre planète.

En plus de cela, elles ont l’impression d’être des imposteurs, comme si elles ne méritaient pas leur diplôme ou leurs succès. Elles ont tendance à minimiser leurs capacités, et même lorsqu’elles apprennent leurs résultats à un test psychologique et découvrent qu’elles ont un QI supérieur à 130, elles doutent encore de leur potentiel.

Dans le monde du travail, certaines femmes qui sont conscientes de leurs capacités hors du commun réussissent à se forger une carrière brillante et sont heureuses de leur vie professionnelle. Elles sont là pour montrer le chemin aux générations futures. Cependant, aujourd’hui, la plupart des femmes se sentent tiraillées entre leur désir de réussite professionnelle, leur indépendance et leur féminité. Bien que plus de femmes que d’hommes obtiennent des diplômes supérieurs, une proportion plus importante quitte les carrières académiques à tous les niveaux hiérarchiques.

Lire aussi  Owaka Chartres: La Nouvelle Référence en Bien-être et Vitalité

Ces femmes sont insuffisamment représentées dans les postes clés du monde politique, de la recherche, des universités et des affaires. Elles ne sont pas reconnues pour leur vivacité d’esprit, leur créativité et leur dynamisme. Elles sont souvent confrontées à de la jalousie et à de l’hostilité, et cela ne fait qu’accroître leurs conflits de loyauté avec leurs supérieurs et leurs collègues.

Elles sont souvent considérées comme une menace pour le milieu professionnel alors qu’elles pourraient grandement aider à faire prospérer l’entreprise. Elles ont un grand désir d’apprendre et se perfectionnent régulièrement dans différents domaines.

Être une femme à haut potentiel aujourd’hui

Unsplash

Qu’adviendra-t-il une fois le diagnostic établi ?

Une fois le haut potentiel détecté, de nombreuses personnes choisissent de rechercher une nouvelle activité professionnelle ou de se réinscrire aux études. Sally M. Reis, professeure à l’Université du Connecticut, a mené des recherches sur 12 femmes particulièrement douées âgées de plus de cinquante ans, qu’elle a appelées les «  late bloomers ». Ces dernières ont réussi à cultiver leur créativité et à renforcer leur estime de soi. Il est important que les femmes douées continuent à se former dans différents domaines et centres d’intérêts, en fonction de leurs besoins et en prenant en compte ceux des autres.

Andrew Mahoney (1998) a mis en lumière quatre besoins affectifs clés pour aider les femmes à haut potentiel :

  • la validation : reconnaître et admettre ses compétences ;
  • la confirmation : obtenir une reconnaissance et un soutien durable de sa douance par les autres, s’autoriser à être imparfaite ;
  • l’appartenance : se lier à des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt, passions, talents… ;
  • l’affiliation : développer une vocation, un but, se «  connecter » au monde.

Doris Perrodin (2015) suggère également certaines actions et encourage les femmes à :

  • «  Exprimer leur ennui et leurs frustrations de façon claire 
  • Demander de l’aide si nécessaire 
  • Tirer profit de leurs erreurs pour faire mieux la prochaine fois 
  • Faire confiance en leur potentiel 
  • Montrer qu’elles sont capables 
  • Chercher le contact avec des pairs à hautes compétences 
  • Avoir des ambitions 
  • Réaliser leurs rêves » !!

J’espère que cet article pourra sensibiliser les femmes qui n’ont pas encore été détectées à leur grand potentiel et les aider à accepter leur différence et à prendre soin de leur épanouissement.

 

Valérie Leroux, praticienne en coaching recommandée par le réseau Médoucine.

Trouvez un praticien en coaching recommandé près de chez vous sur Médoucine.

Pour en savoir plus :

  • Accompagner l’enfant dans ses apprentissages à travers le mouvement 
  • L’hypnose en tant qu’accompagnement des enfants et adolescents surdoués 
  • Maman, j’aime pas l’école : comment aborder la précocité autrement ?

Quelle est la principale difficulté rencontrée par les femmes à haut potentiel ?

Réponse : La principale difficulté rencontrée par les femmes à haut potentiel est la recherche d’un équilibre entre la pression sociale et leurs ambitions personnelles.

Comment les femmes à haut potentiel peuvent-elles trouver un soutien ?

Réponse : Les femmes à haut potentiel peuvent trouver un soutien en rejoignant des groupes de soutien en ligne ou en participant à des réunions de mentorat ou à des ateliers organisés par des associations spécialisées.

Quels sont les avantages d’être une femme à haut potentiel ?

Réponse : Les avantages d’être une femme à haut potentiel sont nombreux, notamment le développement personnel et professionnel, la capacité à aborder des problèmes complexes et à trouver des solutions innovantes, ainsi que la possibilité d’influencer positivement le monde qui nous entoure.