share on:

Le travail d’un psychopraticien est une pratique professionnelle importante et complexe qui vise à aider les individus à améliorer leur bien-être et leur santé mentale à travers une variété de méthodes. Les psychopraticiens peuvent se spécialiser dans des domaines tels que le soutien psychologique, les thérapies cognitivo-comportementales, la thérapie intégrative, la psychanalyse, la psychothérapie et la psychopharmacologie. Dans cet article, nous expliquerons en quoi consiste le travail d’un psychopraticien et comment il peut aider les clients à améliorer leur santé mentale et leur bien-être. Nous examinerons également les différents types de psychopraticiens et les modalités de traitement qu’ils offrent.

Le domaine de la santé mentale est riche en métiers d’accompagnement. Comprendre les différences entre un psychiatre, un psychologue et un psychanalyste n’est pas chose aisée pour le grand public. Dans les dernières années, un nouveau terme est apparu : le psychopraticien. Que propose-t-il ? Quels sont les domaines d’intervention de chacun ? Qui consulter pour quel type d’aide ? Nous vous aidons à y voir plus clair.

Qui sont les personnes à qui l’on s’adresse lorsque l’on voit un psy? Que font-elles?

Les professionnels de santé mentale sont diplômés d’universités: faculté de médecine pour les psychiatres et faculté de psychologie pour les psychologues. Ils ont obtenu un certificat de l’État et leur activité est surveillée de près.

Le psychiatre

Les psychiatres sont des médecins et, à ce titre, les seuls à pouvoir prescrire des médicaments (antidépresseurs ou anxiolytiques). Ils sont habilités à diagnostiquer et traiter des affections psychiatriques, telles que la schizophrénie ou le trouble bipolaire.

Le psychologue

Les psychologues ne donnent pas de diagnostic médical, mais peuvent mener des tests comportementaux qui permettent de détecter un TDA-H (déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou un HPI/HPE (haut potentiel intellectuel et émotionnel). Certains psychologues et psychiatres sont qualifiés pour faire de la psychothérapie, mais pas tous.

Le psychopraticien

Les psychopraticiens sont formés dans des écoles privées et apprennent des techniques de psychothérapie bien connues. La variété des méthodes est importante et peut varier d’un praticien à l’autre : thérapie cognitive et comportementale (TCC), hypnose, gestalt, art-thérapie, somatothérapie, etc. Les psychopraticiens reçoivent un certificat à la fin de leur formation. Leur profession est dite « non réglementée », c’est-à-dire qu’il n’y a aucun contrôle sur leur exercice. Le psychopraticien est familiarisé avec la psychopathologie, ce qui lui permet de reconnaître une maladie psychique. Il ne peut pas légalement effectuer un diagnostic, mais peut réorienter vers un professionnel plus approprié si le cas ne relève pas de sa compétence et nécessite une prise en charge en psychiatrie.

Lire aussi  Verre de lait avant de dormir, c'est bon pour la santé !

Et la psychanalyse ?

Ces trois professionnels peuvent en plus exercer en tant que psychanalystes. Il n’y a pas de diplôme spécifique à cet égard. La seule condition est d’avoir suivi et achevé une psychanalyse complète, qui peut prendre plusieurs années. Il est alors possible d’aider les personnes à analyser leur histoire de vie en détail, en examinant les événements et les émotions vécues pour comprendre leurs comportements actuels.

Quelle est la mission d'un psychopraticien ?

Pexels

Qu’est-ce que fait un psychopraticien ?

Les psychopraticiens accompagnent des personnes qui traversent des problèmes psychiques à court ou à long terme. Au quotidien, ils pratiquent la psychothérapie avec les personnes qui consultent, bien que ce titre soit réservé depuis 2010 aux psychiatres et psychologues, qui doivent donc choisir une nouvelle appellation.

Au début de chaque séance, le psychopraticien écoute le motif ayant amené la personne à demander un accompagnement. Il peut s’agir d’une situation précise (deuil, phobie, etc.) ou d’un sentiment de malaise qui est difficile à définir.

Ensuite, en fonction de ses compétences, il préconise une méthode pour rechercher un mieux-être. Les sessions durent différentes durées, selon les types d’approches, allant des thérapies courtes (thérapie comportementale et cognitive, hypnose) aux approches plus longues qui ciblent des traits de caractère plus ancrés et libèrent des émotions enfouies.

Au cours des séances, le psychopraticien aide à faire ressortir les schémas inconscients qui influencent la personne, afin qu’elle puisse s’en éloigner. Les psychopraticiens ne sont pas des « psys » silencieux et passifs, mais des accompagnants actifs qui peuvent amener des réflexions et des notions pédagogiques sur la psychologie pour aider les personnes à mieux se comprendre.

Lire aussi  Le Taux de créatinine élevé peut être un signal de problème

En quoi consiste le travail d'un psychopraticien ?

Pexels

Un accompagnement qui soigne

Si les méthodes utilisées ont leur importance, c’est la relation entre le consultant et le psychopraticien qui fait réellement la différence et qui permet de surmonter les difficultés. On estime que l’efficacité d’un accompagnement est liée aux outils pour seulement 30 %. Les 70 % restants sont attribués à la relation en elle-même. En psychologie, on parle d’« alliance ». Il s’agit à la fois d’un engagement réciproque entre le praticien et le consultant, et d’un endroit où ce dernier peut vivre une très grande intimité relationnelle. En effet, le praticien est souvent le récipiendaire d’aveux qui n’ont pas été faits ailleurs.

En ce sens, l’accompagnement montre qu’il est possible de se dévoiler complètement tout en étant accepté. Il arrive ainsi que quelques séances suffisent pour aller mieux : parler de ses douleurs en se sentant vraiment écouté libère et soulage. Un des rôles du psychopraticien sera donc notamment de créer, par sa posture, un climat de sécurité qui favorise la communication.

 

Cette relation étant le fondement d’un accompagnement réussi, il est primordial de se sentir en confiance avec son praticien. N’hésitez pas à poser des questions sur les diplômes ou le contenu des formations réalisées. Écoutez votre intuition et prenez le temps d’en rencontrer plusieurs si nécessaire afin de trouver la personne qui vous convient.

 

Article écrit par Jenny Seibert, psychopraticienne et praticienne en somatothérapie du réseau Médoucine.

Trouvez un psychopraticien près de chez vous sur Médoucine

À découvrir aussi :

  • Qu’est-ce que la « non-directivité » en psychologie d’accompagnement ?
  • La psychologie positive : qu’est-ce ?
  • Auto-détermination et auto-actualisation en psychologie

Quel est le rôle d’un psychopraticien ?

Réponse: Un psychopraticien est un professionnel qualifié qui offre des services de santé mentale et de soutien à ses clients. Ils peuvent aider leurs clients à gérer des problèmes de santé mentale, à s’adapter à des changements de vie, à surmonter des traumatismes ou à améliorer leur bien-être général.

Quel type de formation un psychopraticien doit-il avoir ?

Réponse: Les psychopraticiens ont généralement un diplôme, un certificat ou une maîtrise en psychologie clinique, en psychothérapie, en psychanalyse ou dans un domaine connexe. Ils doivent également passer un examen d’État pour obtenir leur licence.

Quel type de thérapie un psychopraticien peut-il offrir ?

Réponse: Les psychopraticiens peuvent offrir des thérapies cognitives et comportementales, des thérapies de soutien, des thérapies d’acceptation et d’engagement, des thérapies psychodynamiques et d’autres types de thérapies pour aider leurs clients à gérer leurs symptômes et à atteindre leurs objectifs.